Stelior Maladie coeliaque

La maladie coeliaque est la manifestation d'une mauvaise absorption des aliments par l'intestin, et l'on constate souvent un effet toxique direct du gluten sur la paroi de l'intestin, provoquant un aplatissement de sa muqueuse (atrophie des villosités). Cette atrophie est la conséquence d'une intolérance de l'intestin à la protéine complexe du gluten."... Dans un pays comme l'Irlande qui fut envahi plus tard (il y a environ 3000 ans) par des gens qui se nourrissaient d'un régime riche en blé et en lait, le nombre de personnes souffrant d'une sensibilité au blé est plus grand que dans les autres pays.

Besoin d'aide ?
 
Infoline
0041 22 751 36 36



Vous avez des questions concernant le suivi thérapeutique n'hesitez pas à nous contacter !

 

Stelior maladie coeliaque

En effet, la toxicité du blé et des produits laitiers n'a pas eu suffisamment de temps pour faire disparaître de la population les individus sensibilisés à ce type d'allergie. L'Irlande de l'Ouest a le taux de schizophrènes le plus élevé du monde probablement parce que l'on y constate la plus haute concentration (1 pour 300) de maladie coeliaque ainsi que d'autres allergies au blé..." (Dr. Shaw, ibid)

Actuellement, les industries agroalimentaires modifient de façon exagérée les céréales, qui sont devenues beaucoup plus inassimilables et, par conséquent, encore plus toxiques qu'elles ne l'étaient déjà auparavant.

Ces remarques préliminaires nous permettent de présenter nos observations répétitives permettant de soupçonner des intolérances au gluten et à la caséine et d'expliquer les conséquences sur l'organisme d'une flore intestinale endommagée per les métaux lourds et les organismes bactériens.

 

Que l'on soit adulte ou enfant, le régime alimentaire d'une personne peut avoir de grandes conséquences sur la santé. En général, celles-ci sont positives, mais elles peuvent s'avérer négatives lorsque l'on est sujet à des intolérances. C'est d'ailleurs le cas de la maladie cœliaque qui touche environ une personne sur 150 en Europe, principalement les originaires des pays du nord comme l'Irlande et l'Italie. Elle affecte également quelques individus dans les autres parties du monde, mais à des proportions plus réduites. Cette maladie auto-immune est aussi connue aux États-Unis sous le nom de "celiac disease", une traduction littérale de « cœliaque maladie ». En raison de sa rareté, certaines personnes manquent d'informations sur elle, concernant sa cause, ses symptômes, la conduite à tenir face à elle et les complications possibles. Le centre Stelior apporte alors toutes les informations sur cette pathologie pour permettre aux personnes de mieux vivre avec.

 

Qu'est-ce que la maladie cœliaque ?

 

La maladie cœliaque est une pathologie héréditaire liée à une intolérance au gluten. Celui-ci est quant à lui une protéine que l'on retrouve dans les céréales comme le blé principalement, l'orge et le seigle (en quantité réduite). Sa présence dans le tube digestif entraine une malabsorption suite à la disparition des villosités intestinales. Ce mal est donc une insuffisance chronique de l'intestin grêle qui se déclenche en présence du gluten.

Ce problème d'origine immunologique a été décrit pour la première fois par le pédiatre Samuel Gee en 1888 en examinant un nourrisson. C'est ce médecin qui a d'ailleurs fait le lien entre cette pathologie et le régime alimentaire du patient. L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) classe ce trouble dans la liste des maladies auto-immunes et continue de réaliser des recherches sur lui.

La maladie touche environ 1 % de la population européenne, soit un patient sur 150 en Europe du Nord et principalement en Italie et en Irlande. Cette maladie du gluten héréditaire touche moins de monde aux États-Unis (environ un sujet sur 250 personnes) où elle est encore appelée celiac disease. On retrouve rarement cette pathologie auto-immune dans les pays d'Afrique et d'Asie. De plus, bien qu'elle soit héréditaire, elle n'est diagnostiquée que sur une proportion de 10 à 20 % des proches aux porteurs.

La plupart des cas sont toutefois recensés chez la gent féminine qui est deux à trois fois plus touchée. La maladie cœliaque fait le plus souvent son apparition chez les enfants de 6 mois à 2 ans et parfois chez certains adultes entre 20 et 40 ans. Cette affection due au gluten peut être reconnue par différentes manifestations.

Comment reconnaitre les premiers signes de la maladie ?

La maladie cœliaque est en effet une manifestation de la détérioration des relations existant entre le système immunitaire de l'homme et son intestin grêle. Ce dernier étant la première barrière qui existe entre l'intérieur de l'organisme et le monde extérieur. Les symptômes en cas d'affection peuvent donc apparaitre chez certains sujets dès l'enfance, à partir des premiers repas, après le lait maternel. Chez d'autres patients, ce mal du gluten se manifeste à l'âge adulte.

Les manifestations chez l'adulte

 

Lorsqu'elle touche les personnes adultes, la maladie peut se manifester de différentes manières. Il s'agit en général de troubles digestifs ou de certains symptômes spécifiques. Certains adultes, voire la majorité, ne présentent toutefois aucun signe de troubles digestifs, même s'ils sont testés positifs. Par contre, ils sont sujets à un manque ou une perte totale de l'appétit. Chez certaines personnes, on observe des diarrhées fréquentes avec des selles huileuses ou d'une apparence huileuse.

Chez d'autres patients, on remarque des cas de dénutrition et une perte de poids pas très prononcée. Le celiac disease provoque aussi de l'anémie chez les personnes ainsi que les plaies dans la cavité buccale, et parfois une inflammation de la langue. Elle peut aussi avoir des symptômes comme l'amincissement des os encore appelé ostéoporose ou ostéopénie.

Par ailleurs, 10 % de la population porteuse présentent des éruptions cutanées qui peuvent s'avérer très douloureuses. Elles peuvent aussi créer des démangeaisons (prurits) et de petites vésicules caractéristiques d'une autre maladie auto-immune appelée la dermatite herpétiforme. De plus, la maladie cœliaque expose aussi bien les hommes que les femmes à des risques d'infertilités. D'autres symptômes comme l'hépatite, l'épilepsie, la thyroïdite, quelques douleurs osseuses, ainsi que des carences en vitamines peuvent aussi être observés.

Les premiers signes du mal chez l'enfant

 

Chez les enfants, les premiers signes de la pathologie liée au gluten commencent par apparaitre dès l'âge de 6 mois. Il s'agit en effet de la période pendant laquelle les céréales sont insérées dans leur nutrition. Les symptômes causés par la présence du gluten dans le régime alimentaire des enfants sont :

  • la présence de troubles gastriques bénins chez certains,

  • le ballonnement, accompagné de douleurs abdominales chez d'autres,

  • l'abondance de selles présentant une couleur claire,

  • la stéatorrhée, avec des selles grasses, inhabituellement malodorantes et qui flottent sur l'eau.

 

En général, les enfants présentant cette pathologie sont d'une apparence chétive et ont un retard de croissance. Ils sont, pour la plupart du temps, apathiques et pâles.

L'apparition de certains signes et leur gravité dépend aussi de l'ampleur des dégâts, sur le duodénum. On peut ainsi remarquer chez certains enfants une carence nutritionnelle causée par la malabsorption résultante de la maladie cœliaque. Celle-ci peut alors engendrer des symptômes plus graves chez l'enfant, comme une anomalie de croissance (une taille plus petite que la norme). On observe aussi une asthénie, résultant d'une anémie causée par la carence en fer dans l'organisme du sujet.

Quelles conséquences de la maladie cœliaque sur le corps ?

Dans certains cas de la maladie, on remarque une rétention d'eau dans le corps provoquant ainsi l'apparition d'un œdème au niveau de certains muscles ou tissus. Dans les cas plus évolués, la carence en vitamine B12 due à la malabsorption peut conduire à l'apparition d'une lésion nerveuse et des fourmillements persistants, dans les membres supérieurs et inférieurs.

En raison de la réduction de l'apport en calcium, la croissance des os devient aussi anormale et les risques de cassures sont plus élevés. Les personnes malades sont également sujettes à des douleurs articulaires. Cette carence en calcium est aussi à la base des anomalies liées à la couleur des dents exposant ainsi les personnes à des risques de carie dentaire.

Les jouvencelles porteuses de la maladie cœliaque présentent enfin des anomalies au niveau de la production de certaines hormones, notamment l'œstrogène.

Quelles sont les causes de la maladie cœliaque ?

Ce mal est en effet une pathologie chronique de l'intestin grêle qui se déclenche en présence des produits contenant du gluten. En effet, lorsqu'elle rentre dans l'organisme, cette protéine stimule le système immunitaire. Celui-ci, une fois sollicité, déclenche la production de certains anticorps spécifiques. Ces anticorps sécrétés en grande quantité s'attaquent au duodénum (partie interne de l'intestin grêle) en détruisant sa paroi. Cela entraine donc la détérioration et l'aplatissement des villosités. Ces dernières qui, à la base, étaient de longues projections tapissant l'intérieur de cet organe, servent à absorber les nutriments.

La surface lisse résultante de l'attaque provoque donc à une malabsorption des nutriments, ce qui conduit à l'apparition des symptômes. En revanche, en cas de régime sans gluten, la paroi intestinale retrouve son aspect d'antan et reprend normalement son rôle.

L'intolérance au gluten est également une pathologie héréditaire, avec un taux de prévalence allant de 10 à 20 % chez les parents proches d'un sujet atteint. Selon les chercheurs de l'INSERM, les gènes en cause dans cette maladie sont les HLA-DQ2 et HLA-DQ8. Ils précisent toutefois que le facteur génétique, bien que nécessaire, n'est pas suffisant pour qu'une personne ait une intolérance au gluten.

Il faut également l'apport de facteurs environnement et la présence de certaines anomalies, pas encore prouvées, pour que la maladie cœliaque apparaisse. À cet effet, il a été révélé des liens entre les maladies inflammatoires intestinales (MII) et la maladie cœliaque. Les personnes atteintes des MII auraient ainsi une prédisposition à une intolérance au gluten. La maladie de Crohn étant elle aussi une maladie inflammatoire chronique de l'intestin, elle représente un facteur à risque de l'intolérance au gluten.

Comment traiter la maladie cœliaque ?

Il n'existe pas une prise en charge clinique spécifique pour éradiquer cette maladie. La solution pour vaincre cette maladie auto-immune est l'adoption d'un régime sans gluten. Il s'agit en effet d'une alimentation dans laquelle la protéine de gluten est totalement absente, car, même en quantité très réduite, elle peut encore créer des symptômes. L'avantage avec ce régime sans gluten, c'est qu'il est assez rapide et permet aux patients de recouvrer la santé au bout d'une à deux semaines. Pour les enfants, présentant des complications de la maladie cœliaque, une alimentation via intraveineuse est préconisée avant l'adoption du régime sans gluten.

Le pédiatre Willem Karel Dicke a été le premier à avoir expérimenté ce régime sans gluten pour soulager les personnes atteintes. Pour le traitement de la maladie cœliaque, le régime sans gluten doit toutefois être accompagné de certains compléments alimentaires pour combler le manque de certaines vitamines.

Les médecins conseillent à cet effet à leurs patients de consommer des aliments frais qui ont subi moins de traitement et n'ont pas été trop transportés. Lorsque ces conseils sont bien suivis et le régime sans gluten est bien adopté, la flore intestinale retrouve son équilibre. La réalisation d'une biopsie après 3 ou 6 mois de régime sans gluten pour le traitement de la maladie cœliaque devrait révéler des résultats encourageants.

Si, malgré le régime sans gluten et le traitement par les compléments, les symptômes persistent, cela suppose qu'il y a deux possibilités. La première est qu'il s'agit d'un mauvais diagnostic de la maladie. La deuxième explication est que le mal a atteint des proportions plus graves, avec des complications de la maladie cœliaque. On parle dans ce cas d'une maladie cœliaque réfractaire pour laquelle le traitement à envisager se fera par corticoïdes. Les personnes sujettes à cette forme réfractaire de l'intolérance au gluten utilisent généralement de la prednisone.

Les spécialistes conseillent aux patients de rejoindre des groupes de soutien pour avoir des conseils, sur comment vivre avec leur santé sensible au gluten. Il existe à cet effet une association française des intolérants au gluten (AFDIAG) qui accompagne les personnes atteintes en France. Cette association, ainsi que les spécialistes du centre Stelior en Suisse, est toujours d'une grande aide aux patients, car leur assistance évite aux patients d'avoir les complications de la maladie cœliaque.

Quel rapport entre le gluten et la maladie cœliaque ?

Dans le cadre de la maladie cœliaque, le principal élément en cause est le gluten. C'est en effet sa présence dans l'organisme qui provoque la libération des anticorps qui quant à eux détruisent la paroi intestinale. Le gluten est en effet une protéine élastique et visqueuse contenue dans certaines céréales et qui s'active au contact de l'humidité. Le mal ne se déclenche pas vraiment à cause de lui, mais plutôt à cause d'une composante de celui-ci. Dans le cas :

  • du blé, la molécule en cause est la gliadine,

  • de l'orge, c'est l'hordéine qui déclenche la production des anticorps,

  • du seigle, l'intolérance est causée par la sécaline.

 

Chacune de ces fractions de protéines se retrouve dans les produits comme la pizza, les produits de boulangerie ou encore certaines sauces. Les céréales du petit-déjeuner, la bière à base de malt et certains assaisonnements de cuisine contiennent également cette protéine. Il convient alors de bien se renseigner sur la composition des aliments avant de les consommer.

Comment distinguer les intolérances alimentaires de la maladie cœliaque ?

Au sujet de la maladie cœliaque ou de l'intolérance au gluten, plusieurs termes apparaissent et portent souvent à confusion et il serait judicieux de les clarifier pour éviter. En effet, la présence d'une intolérance alimentaire ne signifie pas nécessairement qu'une personne est atteinte de la maladie cœliaque. Avant de définir s'il s'agit bien d'une pathologie liée au gluten ou du celiac disease, il faut soumettre le sujet à une batterie de tests :

  • taux d'anticorps,

  • réalisation de la biopsie,

  • recherche de la carence en certaines vitamines.

 

C'est la réponse à ces différents tests qui permettra au médecin de poser un diagnostic précis. Cela lui permettra de définir si le patient souffre d'une simple allergie au blé ou au gluten, d'une intolérance à un autre aliment ou encore d'une hypersensibilité au gluten. Chacun de ces cas présente des symptômes différents. L'association Stelior fait une mise en garde contre l'intolérance au gluten.

L'intolérance au gluten et la maladie de Crohn sont aussi deux pathologies auto-immunes qui entretiennent une relation très étroite. La présence de l'une est une prédestination à l'autre et vice-versa. Pour mieux vivre et obtenir des conseils sur son intolérance au gluten, il est possible de rejoindre le centre Stelior. Ce dernier apporte des alternatives thérapeutiques afin que les problèmes de santé soient mieux gérés.